The International Afar Conference final resolution
Ottawa-Canada
August 7th, 2006

The Afar international conference successfully concluded after four days of serious and constructive discussions and dialogue.

The conference brought various Afar groups and individuals from all over the world including the president of the Afar region Mr. Isamal Ali sirro and Mr. Hassan Abdalla, the Federal Minister of Labor and Social Affairs from Ethiopia.

Other notable and important gusts also include Honorable David McGuinty (MP), Honorable David Kilgour (Former MP), Honorable Flora MacDonald (Former MP), Mrs. Valerie Browning (The Afar Pastoral Development Associations) and Mr. Warren Creates (Refugee Protections).

The president of the FRUD, Mr Kadamy who could not come, intervened by videoconference to speak about the situation of the Afars in Djibouti.(Read «Djibouti entre importance stratégique et chaos politique» below).
The leader of the political movement Uguta-Toosa, Doctor Ali Coubba who could not attend conference because of a stay in Ethiopia envisaged for a long time, could forward us a text on title «Le drame du peuple Afar» .
At this opportunity the organizing committee of international Afar conference would like to thank and pay gratitude to everyone who contributed for the successes of this conference and also for those who scarify their time to attended the conference and share their knowledge, wisdom, ideas and show solidarity with our people.
We are very gratefully for the presence of Honorable McGuinty and warm welcome speech for the conference participants. We thank Honorable Kilgour, Honorable MacDonald and Mr. Creates solidarity speech and contributions for the conference. The conference was enlightened and greatly benefited by excellent video and presentations by Mrs. Browning (Read below her «Open Letter to All Afar Internationally»). The presentations highlighted the hardships and difficulties facing the Afar people. Indeed, we would like to thank Mrs. Browning for her dedications and helping our people for over twenty years. Also huge thanks to Carlton University for providing meeting space and facilitating teleconferencing and videoconferencing around the world. Mr. Isamal Ali sirro and Mr. Hassan Abdalla presented lengthy report and activities in the region. The president explained in great detail recent achievements, current development activates and future objectives and the five year plans for the region. They also underlined the difficulties, problems, issues and some of the hurdles facing the region and our people. They pointed out lack of skilled, educated and trained force, shortages of resources and over all neglect of the region for a long time hampering development activities seriously. At the end of the presentations the president calls on all educated and skilled Afars to participate in economic and social developments of their region. After extensive and serious discussions, the conference participants agreed to form a kind of commission to follow up, solve and address various issues presented in the conference and beyond. This commission is entrusted to deal with any kind of issues related to our people and regions. One of the most important and serious issues which faced by the conference was the tragedy of the Red Sea Afars. The sad and hapless situations of the Red Sea Afars have taken up and debated in the conference with extreme urgency and anger. The conference was told that the regime of Eritrea is committing untold crimes and injustice against the people of the Red Sea Afars. The Eritrean regime is systematically depopulating and evicting the Red sea Afars by forcing them into various concentrations camps and prisons. Our people are being attacked relentlessly and savagely by Eritrean forces. People are being mass arrested, tortured, killed and even forced out of their land. The brutal Eritrean regime uses unprecedented force and violence against our people and forcibly round anyone between the age of 14 to 55 including young boys and girls for its mafia army. The cattle herds and nomads are hunted down and their movements are severely restricted. Cattles and herds are quite often confiscated and stolen by EPLF thugs. Fishing communities totally decimated. Their fishing boats are not allowed to go to the sea and as the result many fishermen forced into bankruptcy. Schools and health centers are primitive and none existent. On the top of that all kind of aid assistance is blocked and people from the north brought to take over their land and property. Because of severe repression and persecutions hundreds of thousands of peaceful citizens have been exiled in Ethiopia and Djibouti. The conference was informed that at this moment over ten thousand refugees are registered under UNHCR in Ethiopia and many more are wandering from place to place looking for some kind of help. In the light of the serious situations of the Red Sea Afars, the conference formed special committee to do everything possible to address the predicament of our people in the part of the region. The conference also calls the government of Djibouti to respect the right of the Afars and improve their living conditions(Read Mr Kadamy's speach in french ). The conference was encouraged by federal political developments in Ethiopia and calls to the realization of more rights to the people. In addition, the conference resolved to fight those forces who are trying to reverse the rights achieved after along time with enormous sacrifices. The human right and the issues of justice is the major concern for the conference participant in greater horn regions. The conference appeals for all governments in that region to accept and respect humane right issues. The conference expressed its determination to fight back and resist anyone who violated our rights and oppress our people. The conference also resolved to tackle and address some of the issues dear and near to our people and to overcome the problems of development and fully participate in rebuilding our regions. The conference also agreed that peace and development is the key to the eradication of extreme poverty, strengthening democracy, good governances and stability. In conclusions, the conference participants entertained in the 12th Afar annual Fest Party and also to a wonderful picnic in Beautiful Vincent Massy Park. Both occasions created favorable and friendly atmosphere for everyone to know each other cement relations. We thank everyone for their time sacrifices and dedications for this worthy cause.

The organizing Committee of International Afar Conference.


Written just after the Afar International Development Conference, August 3rd, 2006

Dear Sisters and Brothers

I am writing having just spoken at one of the most exhilarating experiences in my life: the Afar Cultural Association of Ottawa have staged the first internet – connected international conference in the presence of some of the top legal, civil rights and government authorities in Canada!!! Congratulations to the organizing committee and the various Afar women who made it possible. Through the struggle of getting/ linking up with various Afar authorities in the Horn and overseas, I have both laughed and cried with them over the past days but now the issues are laid open: the petition on behalf of beleaguered Afar in Eritrea has been signed by some of the most prominent people in Canada as well as Afar from Canada, America and Djibouti. In a sense, now the work begins. This conference proves the problem is not that the world will not listen, it is that the Afar (we) have not done our homework. The time now is far too short and the issues to critical, we cannot hide behind the excuse of ‘political differences’ any longer – silence is to agree that suffering be perpetuated leading to the most likely extinction of the Afar nationality as an identified people in the Horn. Therefore, I am APPEALING: appealing to each and every able Afar to join hands in the struggle for both justice and development in the Afar territories with undivided voice and effort. Once we have something in our hands, we can go into the luxury of disagreeing, not now. Therefore, as APDA (Afar Pastoralist Development Association), we want your commitment: your intellectual, time and monetary contribution that the Afar issues are in Afar hands. Others are trying and ready to snatch the agenda and run with it. Then the following suggestions: a) Together: we are planning the second (follow-up to December 2004) Afar Development Conference in February 2007. We need the input of all overseas Afar/ Afar associations. Come, help organize it, raise money/ contribute for the costs. We plan to review progress on the 2004 recommendations for 5 days and then have a cultural/ sports event that will be competitive for local Afar. We would like to display and sell Afar women’s handicraft. Venue: APDA’s new training center, Logya, Afar Region. b) As associations: perhaps APDA should consider a further portfolio: that of advocating for Afar human rights and humanitarian issues internationally. This can only be done through locally – based Afar associations overseas through networking, information exchange, visits from the APDA field work to foreign countries and so on. c) Struggling to make Afar development self-sufficient in the hands of Afar. This would be through APDA and other local Afar NGOs, making them financially self-sufficient and Afar –governed. Well, this is all written while my brain is still burning post – conference, just before I fly back to Ethiopia. Words alone are utterly useless. PLEASE contact us, please be in contact with one another. I mean this for all so can those far better than I translate it into Afar and French. With our very warmest greetings – we long for a more uplifting struggle together. - Maalika, APDA - afarpda@yahoo.com


Djibouti entre importance stratégique et chaos politique

 

Djibouti, le plut petit état de la Corne d’Afrique, est un concentré des maux de la région matiné de l’influence occidentale parce qu’elle abrite une base militaire française et depuis les évenements du 11 septembre 2001 d’importants contingents allemands et surtout américains.

600 000 Afars et Somaliens d’une égale importance numérique se partagent ce territoire semi- désertique.

L’influence occidentale n’a pas arrêté la dérive politique. Ce petit Etat qui avait des atouts pour réussir, a dès l’indépendance (juin 1977) pris une pente dangereuse. Hassan Gouled a pris comme modèle le système mis en place en Somalie par Siad Barré. Dès lors la préférence clanique est devenu le programme politique, économique et social du Président et de son entourage.

Le choix d’Ismael Omar Guelleh, neveu du Chef de l’Etat et Chef de la Sécurité, d’une extrême brutalité contre les opposants et (principal responsable de la répression contre les Afars et les Gadaboursis) comme successeur du Président de la République, confirme l’ornière clanique du régime et sa radicalisation.

29 ans après, le constat est accablant : un Etat déliquescent, une cohabitation communautaire désastreuse, une guerre civile non résorbée, une situation économique et sociale catastrophique. Malgré cet état, le site de Djibouti conserve une importance régionale (du fait qu’il reste le principal débouché maritime de l’Ethiopie à cause de sa guerre avec l’Erythrée) et stratégique (après les évènements du 11 septembre 2001.

REFUS DE CHANGEMENT ET EXACERBATION DU PROCESSUS CLANIQUE ;

Le régime se radicalise malgré le vernis de façade démocratique qu’il adopte (en se dotant d’une constitution en 1992 et en proclamant le multipartisme en 2002).

Deux accords de paix signés avec 2 tendances du FRUD (en Decembre 1994 et Mai 2001) n’ont pas entamé l’intransigeance du pouvoir qui a refusé toute concession, a radicalisé sa politique initiale du refus du pluralité et de marginalisation de l’entité Afar.

Ismael Omar Guelleh, qui a succedé à son oncle en 1999, se replie même sur un cercle de plus en plus restreint des éléments familiaux. Autour de lui qui concentre la quasi-totalité du pouvoir entre ses mains se cristallise un noyau de confiance recruté parmi ses proches parents. Ces derniers étendent leur emprise à tous les secteurs du pouvoir et de la société (les nominations, le commerce, les marchés, les privatisations, les ONG)

Cette prédation généralisée va de pair avec la lutte systématique contre l’entité Afar, fragilisée et appauvrie.

Les populations civils afars souffrent depuis 1977 de la répression . Une véritable guerre politique, économique est menée contre cette entité qui a été accélérée depuis la guerre entre le Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie (FRUD) et le régime.

Un blocus alimentaire et sanitaire frappe les populations du Nord et du Sud Ouest, de dizaines d’épidémies (cholera, paludismes, fièvre…) les ont frappé de plein fouet ces dernières années sans pouvoir accéder aux soins (les militaires français qui ont commencé à soigner les habitants de Dora ont été expulsés  par le pouvoir en Novembre 1999).

Les empoisonnements des points d’eau ont été expérimentés (un de dernier avatar de la répression de Guelleh) en janvier 2000 à l’extrême Nord d’Obock. La plupart des écoles ne fonctionnent plus dans les régions Afars où il n’y a presque pas de service de santé.

Les investissements proposés dans ces régions sont refusés ou détournés. Ce sont les militaires et leurs familles qui ont le monopole du commerce dans les régions d’Obock et de Tadjourah.

Cette main mise d’une oligarchie sous clanique sur toute l’économie du pays vise aussi les autres composantes nationales et les commerçants étrangers (français, éthiopiens, yéménites) installés de longue date à Djibouti.

Les aides de la Communauté internationale servent d’abord à consolider le pouvoir économique de ce qu’il est convenu d’appeler les clans ou lignages de l’Etat pour marginaliser les autres particulièrement la Communauté Afar.

LA SITUATION ACTUELLE A DJIBOUTI AU BORD DE L’EXPLOSITION

La prédation mafieuse a eu pour corollaire la paupérisation de l’ensemble de la population djiboutienne qui n’a aucun recours pour faire prévaloir ses revendications. Les élections sont des véritables mascarades. Au scrutin présidentiel d’Avril 2005, Ismael Omar Guelleh s’est trouvé seul candidat parce que boycotté par l’ensemble de l’opposition, ce qui ne l’a pas empêché de revendiquer 95% du score. Les salariés du Port et du Transport qui ont fait grève en Octobre 2005 pour protester contre leurs conditions de travail et les licenciements abusifs ont été réprimés durement. Depuis son deuxième mandat, Ismael Guelleh a renoué avec ses tendances répressives :
-Exécutions extra judiciaires de deux membres du FRUD (Mars 2005)
- répression des grévistes (1 mort) en octobre 2005
- massacres des civils à Arhiba (quartier Afar de la Capitale) 8 morts et 26 blessés
-vaste ratissage militaire au Nord (12 Mai 2006) blocus contre les civils, arrestations et tortures d’une centaine de civils accusés de soutenir le F.R.U.D
Des centaines de personnes fuyant cette répression, ont rejoint de milliers de réfugiés djiboutiens en Ethiopie, qui sont toujours en quête des statuts de réfugié.
Cette escalade est la conséquence du refus de l’application de l’accord de paix du 12 Mai 2001 par Ismael Guelleh entrainant sa dénonciation par l’autre partie le 21 septembre 2005 par l’ARD (parti crée par le regretté Ahmed Dini).

Le risque d’un nouveau conflit n’est pas loin. D’autant que la tendance du FRUD qui a refusé l’accord de paix du 12 Mai 2001 est bien présente dans le maquis. Dès 2002, le journal  « Nouvel Afrique Asie n° 158 du 11/ 2002) attestait « qu’ en dépit des allégations de Guelleh, la rébellion n’est pas terminée, une partie du FRUD maintenant des groupes armés au Nord et au Sud Ouest du pays ». Ce qui explique des accrochages fréquents depuis septembre 2005 entre les combattants du FRUD et les soldats réguliers.

Cette présence armée rejoint par de plus en plus de jeunes maintient la  flamme de la lutte et de l’espoir, et renforce l’opposition à un moment où les partis légalisés sont paralysés.

La tenue d’un important séminaire du FRUD à la mi septembre 2005 (regroupant des combattants, des cadres et des dirigeants) dans le Nord de Djibouti a illustré le nouveau dynamisme du mouvement .

Face à cette situation explosive ,des associations ,et quelques organisations politiques dont le F.R.U.D ont exploré des voies et moyens pour la sortie de crise à Djibouti,lors de la réunion tenue à Paris le 22 Juillet 2006 .
Un projet d’appel de Paris a été adopté par l’ensemble des participants ,qui sera soumis à tous acteurs sociaux , syndicaux ,associatifs et politiques .

Mr Mohamed KADAMY

Président du FRUD


LE DRAME DU PEUPLE AFAR

La nationalité Afar est estimée à 2.500.000 de personnes dans la corne de l’Afrique. Elle se répartit sur trois Etats modernes :
la République fédérale démocratique d’Ethiopie, la République de Djibouti et, depuis 1991, la République d’Erythrée. Elle occupe un territoire de 150.000 km2, où 80% de sa population vivent de l’économie pastorale, économie fragile et précaire à l’heure où la planète est en proie à la mondialisation. Les Afar sont des protagonistes forcés des guerres qui déchirent la région et des famines endémiques qui ravagent l’Ethiopie. Les Etats qui les administrent boudent la démocratie. Partout, sous des prétextes fallacieux alors qu’on leur refuse l’intégration à l’appareil d’Etat, leur territoire ancestral est rongé par un processus de colonisation pernicieux, leur sous-développement aggravé et leur avenir menacé en tant que Peuple.

I. Les Afar en République fédérale démocratique d’Ethiopie

Si l’Ethiopie est pauvre, la région Afar « se trouve dans une situation de pauvreté presque absolue », écrit en 1996 un expert canadien du PNUD. Tous les régimes éthiopiens, de l’empire de Haylé Séllassié (1930-1974) au régime militaro-communiste de Menguistou Haylé-Mariam (1974-1991), l’ont maintenue dans l’obscurantisme le plus complet et le plus total. Toutefois il faut reconnaître que depuis 1991, grâce à l’avènement du fédéralisme éthiopien, des transformations politiques, économiques, sociales sont survenues. Des bâtiments administratifs, des écoles et des routes ont été bâtis. Mais l’évolution a été stoppée nette en 1994. Sans explication, le gouvernement de l’Etat régional Afar a été dessaisi de ses prérogatives au profit du gouvernement central. En dépit de la route stratégique Addis-Abeba/Assab (ou Addis-Abeba/Djibouti) qui traverse de part en part cette région, on est frappé par l’isolement économique du pays Afar. Samara, la nouvelle capitale Afar construite ex nihilo sur l’artère stratégique, ne parvient pas à capter le moindre flux commercial. Les commerces sont monopolisés par les promoteurs venus des hauts plateaux. Les terres arables sont pillées par les investisseurs originaires du Tigré. Les conditions de vie des nomades n’ont pas progressé. Les éleveurs sont tributaires de la pluie et des débits du fleuve d’Awash. La rareté des ponts rend difficile le commerce et les échanges de part et d’autre du fleuve. La plupart du temps, ils tentent de traverser le fleuve à la nage. Or le nomade étant un piètre nageur, chaque année lors des crues, une dizaine de personnes (jeunes filles, garçons et surtout des femmes) y laissent leur vie.
De plus, « L’Etat national et régional Afar ne connaît aucun système de soins médicaux, ni de services de premiers soins, même rudimentaires… » La situation sociale et sanitaire n’est pas mieux. « La majorité écrasante de la population Afar, dont près de 80% ou plus sont nomades, n’a vu aucune amélioration dans son niveau de vie depuis des décennies, voire des siècles. Les services de santé, l’Education, l’accès à l’eau, lorsque parfois ils existent, sont cruellement insuffisants. Mais dans la plus grande partie de la région, ils n’existent pas. » Aucun programme n’est mis en place pour vacciner la population. Comme à l’époque du Moyen-Age en Europe, la variole tue chaque année des milliers d’enfants. 35% de bébés meurent à cause des maladies infantiles, de l’anémie maternelle et de manque d’hygiène. La malaria et la schistosiomase sévissent à Awsa d’une manière chronique. La tuberculose est le principal fléau : « Plus de 6.000 cas ont été recensés » aux alentours d’Aysa’ita, l’ancienne capitale de la région Afar. L’économie pastorale dont 80% de la population dépendent suscite l’indifférence générale. Et les pasteurs vivent comme vivaient leurs ancêtres il y a plusieurs siècles. Avec nos modestes moyens et les aides des Associations et ONG internationales, nous pouvons construire et gérer des écoles pour fournir une éducation et une formation appropriées aux jeunes filles et garçons Afar d’Ethiopie.

II. Les Afar en République de Djibouti

La République de Djibouti a été la dernière colonie française en Afrique à accéder à l’indépendance (27 juin 1977), après 117 ans d’occupation (1862-1977). Ce territoire de 23.000 km² abrite une population de 600.000 habitants (45% d’Afars, 45% de Somalis et 10% d’Arabes yéménites).
L’économie nationale repose sur le secteur des services (Port, Aéroport, fonction publique, restauration, etc.) et les aides et subsides internationaux généreusement octroyés par les pays riches, au premier rang desquels se trouve la France. Ce pays tire sa raison d’être de la coexistence pacifique entre les deux communautés dominantes : Afar et Somali. Toutefois, depuis 29 ans, ce pays n’a qu’un seul visage : celui d’une république plongée dans un silence de cimetière.
Détentions arbitraires, bannissement de la liberté d’expression, tortures et massacres (1991-1994) y sont monnaie courante. A Djibouti-ville, la peur de la répression aiguise le sentiment grégaire de l’ethnie Afar qui s’agglutine dans la cité Arhiba. Dans cette cité de toutes les misères, exiguïté de l’espace, insalubrité, promiscuité et surpopulation favorisant toutes sortes de maladies, font de cette cité un mouroir. Dès son arrivée au pouvoir, le premier chef d’Etat djiboutien, Hassan Gouled Aptidon (1977- 1999) s’est mis en tête d’ériger une « République tribale » au lieu et à la place de l’Etat multiethnique en place. Pour ce faire, il a institué un régime de parti unique (1981-1992), en s’en prenant sauvagement à l’ethnie Afar. En janvier 1991, la révolte de cette dernière a fini par prendre la forme d’un front armé (F.R.U.D. : Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie). Expression d’une juste indignation d’un peuple odieusement opprimé.
L’autoritarisme de l’actuel chef d’Etat, Ismail Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999, n’épargne aucune communauté, y compris la sienne : les Somali-Issa. Finalement, le fonctionnement du régime djiboutien est très simple. Le pouvoir exécutif, législatif et juridique se concentre entre les mains d’un seul homme. L’appareil d’Etat et l’armée sont noyautés par le clan présidentiel. Les recrues (garde présidentielle) viennent d’Ethiopie.
Le système d’enseignement à deux vitesses est conçu pour pénaliser les populations d’Obock, Tadjoura et Dikhil où habitent les Afar. Les professeurs les plus incompétents exercent dans ces districts. Ce qui fait que chaque année, sur plus de 250 bacheliers djiboutiens, on compte 7 à 10 d’origine Afar. A telle enseigne que les étudiants Afar représentent moins de 5% d’universitaires. Quant à la politique de peuplement pour résorber le déficit démographique des Somali-Issa, il est réussi. Ceux-ci sont devenus « majoritaires » à Djibouti. L’hinterland de Tadjoura, d’Obock et de Dikhil, est livré à lui-même. La campagne orchestrée depuis vingt-deux ans par l’Etat pour « remporter la guerre de l’eau » n’a donné aucun résultat dans le Nord et le Sud-Ouest de Djibouti. Les forages prévus aux alentours de Doralé, depuis 1981, n’ont jamais vu le jour. Les subventions offertes par les organismes internationaux, notamment par les O.N.G. canadiennes, ont enrichi des responsables du pays. De ce fait, les pasteurs afars, bien que mieux lotis que leurs frères d’Ethiopie et d’Erythrée, voient, de 1977 à 1999, leurs conditions de vie se détériorer. L’élevage n’a connu aucune amélioration. La famine et la sécheresse, curieusement, s’arrête à la frontière du pays Afar ! Le chômage et le licenciement abusif expurgent les Afar de la fonction publique. L’Etat n’emploie plus que 5 fonctionnaires dans le district de Tadjoura pour 50.000 habitants. D’autre part, afin d’accentuer la dépendance de cette ethnie par rapport au pouvoir central et de la contrôler efficacement, le secteur privé a été méthodiquement laminé. La frontière Nord de Djibouti est fermée depuis 1977. Les commerçants sont forcés de s’approvisionner auprès des fournisseurs de la capitale, à des prix prohibitifs. Discrimination et enseignement au rabais se traduisent pour le peuple Afar en termes de retards par rapport aux autres communautés, alors qu’il constitue près de 45% de la population totale du pays. Si c’est un drame pour les Afar, il s’agit d’un immense gâchis immense pour Djibouti. Les formations à l’étranger seraient une bonne alternative.

III. Les Afar en République d’Erythrée

L’Erythrée, avec une superficie de 120.000 km² et 5 millions d’habitants (8.3% d’Afar), est un nouvel Etat de la corne de l’Afrique. Née après 29 ans de lutte de libération menée contre l’Ethiopie, elle accède à l’indépendance le 24 mai 1993, sous la houlette de l’EPLF (Erythrean popular liberation front). Il a fallu plus de 150.000 morts pour arracher leur indépendance nationale ! Comment expliquer que les Tigré, ethnie du chef de l’Etat, Issayas Afworki, et les Afar ne soient pas logés à la même enseigne ? Pourquoi cette politique des « deux poids deux mesures » ?
Dès son accession à l’indépendance, en juin 1993, l’Erythrée se compose de neufs nationalités et on y parle autant de langues. La diversité religieuse (animistes, musulmans et chrétiens orthodoxes), sur un territoire de 121 144 km², augure l’instabilité interne. Le centralisme démocratique, pratiqué à Asmara, a mis à l’ordre du jour le régime de parti unique. A l’instar de l’Ethiopie, la dramatisation des données historique, géographique et religieuse participe à la marginalisation de l’ethnie Afar, sans parler de la forte complicité qui a lié Addis-Abeba et Asmara entre 1991 et 1999, jusqu’à la veille de la guerre éthio-érythréenne. Après leur victoire contre Menguistou Haylé-Mariam en 1991, l’EPLF et l’EPRDF (Ethiopian People's Revolutionary Democratic Front) ont cherché à endiguer ensemble le nationalisme périphérique jugé menaçant. En effet, la question Afar se pose dans les mêmes termes aux deux capitales. La région Afar d’Erythrée s’appelle la Dankalie (environ 35 000km²). Les intérêts stratégiques et économiques que focalise le port d’Assab sont loin d’être étrangers à la guerre fratricide qui a déchiré Addis-Abeba et Asmara en 1999-2000. Les Afar sont donc pris en otage par les deux parties.
Il est indéniable que le nationalisme ethnique tient une place importante en Erythrée. La paix a ranimé les clivages religieux (chrétiens contre musulmans) et historiques (Afar-Adal contre Tigré). En témoigne la discrimination politique et économique. Même les églises « nouvelles » sont persécutées dans ce pays. Entre 1991 et 1999, Asmara a eu deux attitudes vis-à-vis de la nationalité Afar. D’abord, le gouvernement a promu les responsables Afar. Ensuite il a mené une répression sauvage contre eux. Beaucoup de responsables et commerçants ont disparu entre 1997-1999. La Dankalie a été découpée en deux circonscriptions électorales pour affaiblir sa représentativité nationale. La pauvreté est le lot de 90% d’Afar d’Erythrée. La circonscription obligatoire est pratiquée d’une manière illégale à leur encontre. Les jeunes garçons et filles, qui font leur service militaire, ne reviennent jamais à la maison. Toutes les nationalités en souffrent.
En vérité, l’Erythrée est une prison à ciel ouvert pour tout son peuple.

CONCLUSION

Faute de « visibilité » internationale, les revendications de la nationalité Afar ne sont audibles.Leur diaspora commençant à peine à s’organiser, ses moyens sont limités. Mais les questions urgentes méritent des réponses urgentes : Comment rattraper le retard accumulé durant ces dernières décennies ? Comment préparer notre nationalité pour qu’elle puisse, à l’orée de ce vingt-unième siècle, prendre le train de la mondialisation en marche et s’inscrire sans complexes dans des sociétés de plus en plus métissées, de plus en plus ouvertes et de plus en plus mobiles ?

Docteur Ali Coubba

Ecrivain et chercheur